Le Quotidien du Médecin : Oncolaxy améliore la qualité de vie

Article dans le Quotidien du Médecin sur Oncolaxy, et témoignage du Dr Le Dû à Nantes

 — 

Article paru en Avril 2021 dans le Quotidien du médecin : Oncolaxy, un télésuivi qui améliore la qualité de vie

https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/cancerologie/oncolaxy-un-telesuivi-qui-ameliore-la-qualite-de-vie?xtor=EPR-10-%5BNL_magazine-hebdo%5D-%5B20210402%5D&utm_content=20210402&utm_campaign=NL_hebdo-magazine&utm_medium=newsletter&utm_source=qdm

Oncolaxy, un télésuivi qui améliore la qualité de vie

Développé par le français Betterise Health Tech, le logiciel de télésurveillance Oncolaxy vient d’obtenir un marquage CE, le sésame indispensable pour collecter et transmettre des données médicales. Expérimenté depuis plusieurs mois, Oncolaxy facilite le signalement des événements indésirables par les patients et améliore leur qualité de vie.

« On était frustrés par les difficultés des patients à nous joindre et à consulter au cours des trois à quatre semaines qui séparent deux cycles de chimiothérapie », se souvient la Dr Katell Le Dû de l’hôpital privé du Confluent, à Nantes. Depuis six mois, cette hématologue utilise Oncolaxy pour suivre ses patients à distance. Ce dispositif médical a obtenu, en même temps que son équivalent en cardiologie Cardiolaxy, un marquage CE de classe IIa, indispensable pour être autorisé à traiter des paramètres vitaux (température, tension…).

Le principe est simple : une à deux fois par semaine, les utilisateurs reçoivent un SMS avec un lien pour répondre à un questionnaire portant sur le sommeil, les douleurs, l’humeur, la sexualité et même leurs éventuelles difficultés économiques. Le logiciel détecte automatiquement des rechutes ou des complications liées aux thérapies. En fonction des réponses, une alerte est transmise à l’oncologue qui peut, le cas échéant, contacter le patient.

Améliorer l’adhérence

« Avec ce système, on évite des hospitalisations et les patients sont plus adhérents au traitement, témoigne la Dr Le Dû. En temps normal, il peut arriver que les patients arrêtent certains traitements sans nous le dire ». Pour l’instant, les médecins nantais ne suivent qu’un nombre limité de patients avec Oncolaxy. « À long terme, cela nécessite une grosse implication des médecins, ou au moins d’une infirmière de coordination, poursuit-elle. Nous devons bloquer des plages horaires chaque semaine pour gérer les alertes signalées par le logiciel, ce qui demande du temps qui n’est pas considéré comme une téléconsultation ».

Les médecins de l’hôpital du Confluent sont en train de monter un essai clinique parmi 80 patients visant à démontrer que les patients suivis à l’aide d’Oncolaxy ont une qualité de vie supérieure à celle de patients bénéficiant du suivi classique. « Nous présenterons les résultats à la Caisse primaire d’Assurance-maladie pour que le temps passé sur le logiciel et le fait de recontacter les patients soient reconnus comme du temps de téléconsultation », complète la Dr Le Dû.

Afin de s’assurer de la bonne utilisation du dispositif chez les personnes âgées, isolées ou peu à l’aise avec les nouvelles technologies, les questionnaires peuvent être remplis par un membre de la famille ou un infirmier lors d’une visite à domicile.

Oncolaxy n’est pas le seul logiciel de ce genre, mais c’est le premier à ne pas être lié à un seul type de cancer. Ainsi, l’assistant digital Romy, proposé par Amgen, n’est utilisable que dans le myélome multiple et Lea, développé par Janssen, se consacre à la leucémie lymphoïde chronique.

Cette application de classe IIa de télésurveillance est capable de suivre tout traitement, et d’organiser les soins de support pour les tumeurs solides et hématologiques.

Oncolaxy présente aussi l’intérêt de proposer des questionnaires modulables, utilisables lors d’essais cliniques. « La déclaration des effets indésirables par les patients est plus fiable que celle par les médecins, avec une différence de l’ordre de 20 % », rapporte la Dr Le Dû.


Les actualités de Betterise Health Tech

© 2013 - 2021 Betterise Technologies
mentions légales - politique de confidentialité